Étiquettes

,

Vestiges d’un autre temps, nous demeurons seuls en tête à tête avec l’océan.
Eternels gardiens de bois, dérisoires remparts d’autrefois face aux forces de la nature, nous affrontons vents et marées, tempêtes et chaleurs, sans gémir.
Parfois le rêve de l’horizon nous assaille. Notre vieux coeur imputressible se prend à désirer le large.
Un jour peut-être le Grain du siècle nous abattra et enfin libres nous voguerons vers les orages et le soleil couchant…
Aujourd’hui inutiles, seuls nous demeurons
Dans les silencieuses vagues de l’oubli.

Texte inspiré par la photographie d’Etanie. Merci à elle pour l’autorisation.

Publicités