Mots-clefs

,

arpenteurs-banniere-samuel-pereira-format-moyen

From the Earth to the Moon
(De la Terre à la Lune)



264115Entre Juillet et Septembre 1999, alors que je me préparai à une rude année de préparation pour un concours de recrutement, une série m’a tenue en haleine durant l’été : From the Earth to the Moon. Depuis mon enfance je suis passionné par la conquête de l’espace. D’ailleurs je me souviens très clairement d’un épisode des « Années coup de coeur » où le héros s’imagine en astronaute. J’ai vu L’Etoffe des héros, et Apollo 13. Et puis vint cet été 1999.

C’est une mini-série, de HBO. Elle raconte la course à la Lune du point de vue américain. Il n’y a pas beaucoup d’action, mais une reconstitution de l’époque très précise et parfaitement maîtrisée. J’ai apprécié tous les épisodes. On suit à la fois les astronautes mais aussi tous les hommes et femmes qui gravitent autour du projet. On assiste à la confection de toute une technologie qu’il fallait inventer de A à Z et dans un temps très court à l’échelle de l’Histoire. Suivre les difficultés des ingénieurs face à des questions insolubles; voir les astronautes devoir assimiler de multiples connaissances dans des spécialités dont ils ignorent tout; assister, impuissant aux drames qui sanctionnent la moindre erreur; s’émerveiller à la vue des images incroyables d’un lever de Terre, voilà en bref ce que la série nous propose. Les acteurs sont tous très bons et arrivent à donner une véritable épaisseur à des personnages historiques qu’il est difficile de jouer.

Je vous recommande chaudement cette série. Sauf si vous aimez les séries avec beaucoup d’action.

Mes épisodes préférés ? Le premier et celui dédié à Apollo 14. Pourquoi ? Quand j’étais adolescent, j’ai acheté une reproduction d’un écusson d’Apollo 14 car j’aimais beaucoup le logo. J’ai écumé les livres de la bibliothèque de ma ville parlant de cette mission. J’avais une véritable admiration pour le commandant de la mission, Alan Shepard. Par la suite, j’ai eu l’idée saugrenue de lui écrire une lettre. Que je n’ai jamais envoyée. L’année d’obtention de mon concours, qui me permet aujourd’hui de gagner ma vie, quand j’ai lu mon nom sur la liste des admis, la phrase prononcée par Shepard lors de l’alunissage m’est revenue en tête :  « La route a été longue mais nous y sommes ! ».

Isangeles.

Publicités