Mots-clefs

, ,

Deuxième histoire dans le cadre du projet en commun avec Tipim.

La micro nouvelle :

Chez Poumette

« Quand j’étais petite j’allais souvent chez mes grands-parents à la campagne. Il y avait deux maisons. La leur d’un côté de la rue et « chez Poumette » une vieille bâtisse, toute de guingois, de l’autre côté. Sa construction remontait à la Révolution française. Ma grand-mère m’y avait emménagée une pièce afin que je puisse y jouer pendant qu’elle s’occupait du potager à portée de voix.

Je restais là, seule, assise au milieu de mes jouets. J’emportais toujours avec moi ma peluche préférée, un bel ours brun. Je le serrais fort contre ma poitrine. Mon cœur battait la chamade. Je sentais une présence. Comme si quelqu’un m’épiait. Les trous béants, sans portes, ressemblaient à des yeux ténébreux. Mes cheveux se dressaient lentement sur ma nuque. Je plissais les paupières, le souffle court. Mon regard se posait alors sur la cheminée, bouche grande ouverte sur mes pires cauchemars. C’en était trop. Généralement je m’enfuyais sans un cri. La dernière fois que cela m’arriva, j’ai laissé tomber mon doudou. Il était là, abandonné au milieu de la pièce, ses yeux implorants mon secours. Les ombres s’approchaient de lui. Les larmes aux yeux je suis partie sans pouvoir le sauver.

Trente ans sont passés. Hier, je me suis promenée non loin de chez Poumette, avec ma fille. Alors que je tournais le dos à la maison, elle a lâché ma main. Je me suis retournée apeurée. Elle revenait déjà de la maison abandonnée. Elle me tendit un vieil ours en peluche en souriant :

-Un petit garçon dans la maison m’a demandé de te rendre ton doudou maman. »

Et le travail réalisé par Tipim :

95614479

95614487

95614491

95614498

95614500

Publicités