Deux jours de salon. Mon premier salon avec mon premier roman. Un très beau moment pour moi. Un sourire d’enfant émerveillé ne m’a pas quitté des deux jours. Avant d’écrire un compte rendu plus détaillé en bas de cet article, je tiens tout d’abord à remercier les lecteurs ! Par ordre d’achat :
Merci à : Clara, Fabienne, Tom, Rémy, Yann, Hubert, La famille C., La famille P., La famille M., Pascal, Konogan, Luc, Nathalie, Corinne, Arthur, Marine, Frédéric, Lucile, Maëliss.
J’espère que vous aimerez Marl le Chevrier et passerez un bon moment en sa compagnie. Un grand merci pour les discussions, les échanges, vos encouragements, vos conseils.

Le bilan.
L’accueil était très chaleureux. Un grand merci aux organisateurs et aux membres du salon, très gentils, très sympathiques et à l’écoute des auteurs et du public. Un clin d’oeil particulier aux jeunes à la motivation et au dynamisme qui font du bien à voir. J’étais placé en « jeunesse », Marl pouvant être lu à partir de 13-14 ans. Mon petit coin de table se situait entre ceux d’Anne Jercilof et Isabelle Meyer. Les deux auteurs-éditeurs ont été d’une très grande aide pour le novice que je suis : de nombreux conseils pour mettre en place le stand. Le public était nombreux, surtout du côté BD mais il n’hésitait pas à venir du côté jeunesse et roman. La disposition du salon était vraiment très bien pensée ! Bravo aux organisateurs. Des boissons étaient distribuées aux auteurs et un repas offert à midi, sans compter le repas du samedi soir.
Pour les ventes, mon éditeur m’avait envoyé 20 exemplaires. 19 ont été vendus. Il a le nez fin !
Des belles rencontres aussi avec des auteurs. Nadia Kourouma : merci pour tes conseils et tes encouragements ! Joel Cimarron : un illustrateur de grand talent. Merci pour la dédicace ! Emma Sha, illustratrice et auteur ; merci pour les conseils et la discussion. Et enfin MarKo, côté BD, dont je suis les strips « Vivre avec un auteur » : merci pour la dédicace et le moment de discussion.

Bref, un très bon salon. J’espère pouvoir y retourner en compagnie de l’illustrateur du tome 2, Nikus Tim’s, l’année prochaine.
Pas de bémol ? Si ! Un… le gâteau à la broche. Certes bon, mais qui n’arrivait pas à égaler la saveur du gâteau à la broche de la Bigorre natale de mon paternel.

Publicités